x1 KIT Elixir du suédois 1 pack pour 1.5 litre

9,50 €

12,50 €

001

Prix réduit !
L’élixir du suédois KIT pour élixir du suédois REMEDE LEGENDAIRE Aux multiples bienfaits. PACK de 3 sachets individuels (herbes, thériaque, camphre) pour préparer 1,5 litre du précieux breuvage par simple macération dans l'alcool (ou à l'eau, pour utilisation avec les animaux)

Plus de détails

Programme de fidélité Points de fidélité non-applicables. Ce produit bénéficie déjà d'une promotion.


Ma composition est élaborée selon la Recette de Maria TREBEN :
10g d'aloès,
5g de myrrhe,
0,2g de pistil de safran,
10g de feuilles de séné,
10g de camphre,
10g de racines de rhubarbe,
10g de racines de zédoaire,
10g de manne de frêne,
10g de thériaque de Venise,
5g de racines de carline,
10g de racines d'angélique.

 

Mode de préparation classique à l’alcool :
Mettre à macérer les "Herbes du Suédois" dans 150cl à 300 cl (1litre et demi à 3 litres) d'eau-de-vie de grain dans une bouteille ou bonbonne de deux litres à 5 litres et les laisser reposer 21 jours au soleil et à la lune (ou a proximité d'un fourneau).
Agiter  quotidiennement ainsi qu'avant le transvasement dans de petites bouteilles et avant l'emploi. Remplir les petites bouteilles que l'on ferme bien et que l'on garde au frais. De cette façon il est possible de conserver cet élixir de nombreuses années.
Plus il repose, et plus il est puissant.

Autres modes de préparation :

Les recettes suivantes sont les fruits 20 ans de pratique autour de l’élixir du suédois, elles ne constituent pas prescriptions médicales ou vétérinaires.

Merci d’en citer l’auteur (Gilles SOUMAILLE) si vous les diffusez autour de vous et de me contacter si vous souhaitez les publier.

Mode de préparation à l’eau.

Mettre à macérer les "Herbes du Suédois" dans 3 litres d'eau puis portez à petite ébullition dans une casserole couverte.

pour les animaux et l’usage interne en général ne pas mettre le sachet de camphre (grain blanc)
Arrêtez le feu et laisser reposer quelques heures.
Ajoutez 3 grosses cuillères à soupe de vinaigre de cidre par litre (soit 9cs) (conservateur)

Filtrez avec une passoire à thé et mettre en bouteille hermétique (limonade ou à vis).

Pour l’usage externe préférez la formule avec alcool et camphre.

Mode de préparation vinaigre et miel.
Mettre à macérer les "Herbes du Suédois" sans le camphre (grain blanc) dans 1 litre d'eau puis portez à petite ébullition dans une casserole couverte.

Arrêtez le feu et laisser reposer quelques heures.
Filtrez avec une passoire à thé ou une étamine.
Ajoutez 2 litres de vinaigre de cidre biologique (demeter) et 500 gr de bon miel biologique (nature et progrès ou demeter).

Filtrez avec une passoire à thé et mettre en petites bouteilles de verre  hermétique (à vis).

Mode de préparation « guérisseur » (double macération et décoction)
Mettre à macérer les "Herbes du Suédois" dans 150cl à 300 cl (1litre et demi à 3 litres) d'eau-de-vie de grain dans une bouteille ou bonbonne de deux litres à 5 litres et les laisser reposer 21 jours au soleil et à la lune (ou a proximité d'un fourneau).
Agiter  quotidiennement.

Verser dans un grand bocal (genre « le parfait ») en filtrant sur une étamine.
Mettre le reste des herbes dans une casserole avec ½ litre d’eau de source ou d’orage, porter à ébullition, éteindre le feux et laisser infuser quelque heures.
Verser dans le bocal contenant votre 1ére partie d’élixir en filtrant sur une étamine.
Bien agiter et Remplir les petites bouteilles que l'on ferme bien et que l'on garde au frais. De cette façon il est possible de conserver cet élixir de nombreuses années.
Plus il repose, et plus il est puissant.

Mode de préparation Alchimiste (double macération et décoction, réduction)
Mettre à macérer les "Herbes du Suédois" dans 150cl à 300 cl (1litre et demi à 3 litres) d'eau-de-vie de grain dans une bouteille ou bonbonne de deux litres à 5 litres et les laisser reposer 21 jours au soleil et à la lune (ou a proximité d'un fourneau).
Agiter  quotidiennement.

Verser dans un grand bocal (genre « le parfait ») en filtrant sur une étamine.
Mettre le reste des herbes dans une casserole avec ½ litre d’eau de source ou d’orage, porter à ébullition, éteindre le feux et laisser infuser quelque heures.
Verser dans le bocal contenant votre 1ére partie d’élixir en filtrant sur une étamine.
Dans un creuset (ou une sauteuse ou un wok) porter au feu vif les herbes recueillies dans la passoire et les réduire en cendre blanche (c’est un peu long) en tournant avec une spatule en bois (frêne ou bambou).
Ajouter ces cendres dans votre bocal contenant les 2 premiers extraits.
Bien agiter et Remplir les petites bouteilles que l'on ferme bien et que l'on garde au frais. De cette façon il est possible de conserver cet élixir de nombreuses années.
Plus il repose, et plus il est puissant.

D’autres modes de préparation plus puissants sont possibles, contactez moi si la Spagyrie  ou la médecine quantique vous intéresse.

La nature recèle de vraies merveilles, susceptibles de soigner de nombreux maux...
Nos anciens le savaient bien et profitaient de ces ressources naturelles en les intégrant dans leur pharmacie familiale.
Alors que les laboratoires pharmaceutiques multiplient leurs travaux pour synthétiser de nouveaux médicaments, isoler des molécules et breveter les créations des dieux, de plus en plus d’humains font confiance aux remèdes à base de plantes. Il y a ceux qu’on essaie le temps d’une cure, mais qu’on oublie vite car leurs effets n’ont rien de spectaculaire. Et il y a ceux qui traversent les siècles, parce qu’un mystérieux pouvoir les rend exceptionnels.
L’élixir du suédois, dit  "Elixir de longue vie" est de ceux là.

L'Elixir Suédois appelé également au Moyen-Âge "Elixir de longue vie" aurait une origine remontant à l'Egypte. La formule de ce tonique amer provient d'une ancienne recette familiale transmise de génération en génération. Elle apparaissait au Moyen-Âge dans de nombreux manuscrits médicaux. C'est au 18ème siècle, qu'un médecin naturaliste Suédois, le Docteur Samst, retrouva cette recette et s'en inspira pour la rédiger définitivement. Plus tard, Maria Treben, herboriste Autrichienne, remis cet ancien remède au goût du jour d'après la formule originale du Docteur Samst et publia un ouvrage "La santé à la pharmacie du Bon Dieu".

L'Élixir du Suédois n'a rien de magique. Il est simplement à lui seul une puissante cure de détoxication et de régénération des fonctions vitales, il peut venir au secours des dysfonctionnements courants de notre vie moderne.

QUATRE BIENFAITS FONT L'EFFICACITE DE L'AUTHENTIQUE ELIXIR DU SUEDOIS :
AMER & DIGESTIF
 : il améliore l’assimilation et l’élimination.

En phytothérapie, l’amer est utilisé pour réguler les mécanismes de la digestion. Cette saveur augmente la production de salive, améliore l’activité de l’estomac, stimule la production de lubrifiants protecteurs par les muqueuses, et rend le foie et la vésicule biliaire plus efficaces.
Cette action particulière est capitale car ce sont des organes d’épuration par excellence. Un foie et une vésicule en bonne santé éliminent les substances toxiques provenant de l’alimentation.
La production d’une bile de qualité et en quantité suffisante régule l’assimilation des graisses, la formation de cholestérol et le transit intestinal. Enfin, un foie qui fonctionne bien sait mettre en réserve les nutriments essentiels comme le glucose, le fer, le cuivre entre autre et les redistribuer à l’organisme dès qu’il en a besoin.

DEPURATIF : il assainit le « terrain ».
Le mélange des plantes dépuratives et digestives a des répercussions bienfaisantes sur l'état général.Les plantes présentes dans l’Élixir ont aussi pour mission d’accélérer les processus d’élimination. Des plantes légèrement laxatives stimulent le gros intestin pour faciliter l’élimination des toxines. Certaines plantes augmentent l’élimination des déchets par la sueur. Et d’autres exercent une action diurétique pour améliorer la fonction des reins, purifier le filtre rénal et augmenter l’élimination par les urines. Par son action dépurative, cet élixir élimine les toxines, régénère et rééquilibre notre organisme en profondeur.

TONIQUE : il harmonise les énergies physiques et mentales.
Par ailleurs, quasiment toutes les plantes du remède sont des toniques.

L’une d’entre elles, l’Angélique parfois appelée le Ginseng français est un grand « remède d’harmonie », capable d’équilibrer les énergies physique et mentale. A la fois tonique et apaisante, stimulante et anti-stress, elle favorise l’adaptation de l’organisme au changement. Il permet ainsi de lutter contre la fatigue en améliorant nos défenses naturelles. L'élixir Suédois est reconnu pour ses propriétés toniques, digestives et dépuratives.

SES COMPOSANTS agissent en parfaite synergie.
Certaines plantes entrant dans la composition de l’Elixir ont des effets très puissants. A titre d’exemple, la Gentiane est capable de tripler le volume de la bile et l’Aloès est un laxatif qui effectue une véritable vidange des intestins. Pour éviter toute agression, l’Elixir leur associe d’autres végétaux capables de moduler leur action tout en préservant leur efficacité.
On comprend aisément qu’en stimulant les fonctions digestives et l’élimination, l’Élixir du Suédois corrige le terrain et rend à l’organisme son énergie naturelle. Il peut donc à la fois prévenir l’apparition de nombreux troubles et les traiter lorsqu’ils sont là.

UTILISATIONS :
Usage interne:
Je conseille de faire une cure d'environ 21 jours consécutifs (à renouveler au cours de l'année) à raison d'une cuillère à café 3 fois par jour. Pour éviter le goût amer de l'Elixir en solution alcoolisée, l’on peut y ajouter du miel.

Usage externe :
On peut employer l'Elixir pour des inflammations cutanées, irritations, piqûres d'insectes, plaies infectées, verrues, petits boutons purulents, acné etc... Appliquez une compresse imbibée d'Elixir 3 à 4 fois par jour sur la partie concernée.


AUTRES FORMES D’UTILISATION POSSIBLE :
Par voie interne :
A titre prophylactique, prendre matin et soir une cuillerée à café diluée de liqueur, conformément aux indications du "Manuscrit antique".

Pour les indispositions de toutes sortes, 3 cuillerées à café diluées peuvent être prises.
En cas de maladies malignes, prendre 2 à 3 cuillerées à soupe tous les jours, comme suit : boire 1 demi-cuillerée à soupe diluée dans 1/16 de litre de tisane aux herbes avant chaque repas, et une demi-cuillerée de cette préparation après chaque repas.

Compresse aux "Herbes du Suédois" :
Selon l’endroit où l’on veut poser la compresse, prendre un morceau plus ou moins grand d’ouate ou de cellulose, l’humecter de "Liqueur du Suédois" et le poser sur la partie devant être traitée, que l’on a auparavant enduite de saindoux ou de pommade au souci. Recouvrir d’une feuille plastique un peu plus grande, afin de ne pas tacher les vêtements. Ensuite seulement, bander le tout avec un morceau de tissu, ou un bandage.
Selon le type de maladie, laisser agir la compresse deux à quatre heures. Si le patient le supporte, la compresse peut également rester pendant la nuit. Après avoir retiré la compresse, poudrer la peau. Si, chez des personnes délicates, la peau devait cependant être irritée, laisser les compresses agir moins de temps ou ne plus rien faire pendant un certain temps. Les personnes allergiques devraient renoncer à utiliser la feuille plastique et seulement bander avec un linge. En aucun cas, il ne faut oublier de graisser la peau ! En cas d’exanthème accompagné de démangeaisons, traiter éventuellement de pommade de souci.


Lors d’une cure de détoxification avec les Aroma Détox Patches au bambou, l’effet drainant et dynamisant est accentué notablement en versant sur le patch avant de le coller sous les pieds, 4 à 7 gouttes d’élixir du suédois.

Propriétés individuelles des plantes :
Racine d'angélique :
Atténue les troubles digestifs et hépatiques.

Racine de zédoaire : Stimule la production des sucs biliaires et digestifs.
Manne (frêne): Activité laxative douce.
Aloès : (tonique, cholérétique, hémostatique, vermifuge) Est utilisé ici pour son action purgative.
Feuilles de séné : Facilite le transit intestinal (laxatif).
Camphre : Action tonique sur le système vasculaire et nerveux par l'activation de la circulation sanguine. (on peut ne pas l’ajouter)
Racine de rhubarbe : Dépurative, astringente, tonique digestif, laxatif doux, antibactérien.
Thériaque simplifiée: Composée d'un mélange de 7 plantes en poudre (racines d'angélique, cimicaire, valériane, zédoaire, écorces de cannelle, cardamome, myrrhe).
Racine de carline : Stimulant stomacal.
Safran : Action sédative (régulation du système nerveux), antispasmodique.

 

COPIE DU MANUSCRIT: Tel que nous l’a transmis MARIA TREBEN.
(Liste des pouvoirs curatifs des "Herbes du Suédois")

Qui en hume souvent, s’en humecte les vertèbres cervicales, se pose un linge humide sur la tête verra ses douleurs et ses vertiges disparaître et sa mémoire et son cerveau se fortifier.

Elle (la liqueur) aide contre la vue trouble, combat les rougeurs et toutes douleurs, même quand les yeux sont irrités, troubles et la vue floue. Elle repousse la cataracte et le trachome, si, en temps utile, on en mouille le coin des yeux ou qu’on en mette une compresse sur les yeux fermés.

La petite vérole (variole), les éruptions de tous genres, même les croûtes dans le nez et n’importe où sur le corps, sont guéries si on les tamponne souvent et abondamment.

Le mal de dents se guérit en prenant dans la bouche une cuillère à soupe pleine de liqueur, avec un peu d’eau. On l’y garde un certain temps ou on en mouille la dent douloureuse avec un petit chiffon. La douleur s’apaise et l’infection s’en va.

Les aphtes et les autres affections de la langue, seront souvent tamponnés et alors la guérison viendra vite.

Quand la gorge est enflammée ou irritée, de telle sorte qu’on avale difficilement la boisson et la nourriture prends en, matin, midi et soir. Fais-la descendre et cela calmera l’inflammation et guérira la gorge.

Qui souffre de crampes d’estomac en prendra une cuillerée à soupe pleine.

Qui souffre de coliques en absorbera lentement 3 cuillerées à soupe l’une après l’autre, et il sentira bientôt un soulagement.

Elle supprime les ballonnements, refroidit le foie, dissipe les maux d’estomac et des intestins, et guérit la constipation.

C’est un remède excellent pour l’estomac qui digère mal et qui ne garde pas les aliments

Elle aide également contre les douleurs de la vésicule biliaire. Si on en prend tous les jours une cuillère à soupe le matin et le soir, et si l’on fait des compresses imbibées de ces gouttes pendant la nuit, les douleurs disparaîtront bientôt.

L’hydropisie sera combattue par une cuillère à soupe matin et soir dans un peu de vin blanc.

En cas de maux d’oreilles et de bourdonnements, on humectera un morceau de ouate et on le placera dans l’oreille. Cela est une grande aide et l’ouïe sera retrouvée.

Lorsqu’une femme est en travaille, on lui donnera trois jours de suite une cuillerée à soupe dans du vin rouge, elle fera une promenade une demi-heure après avoir bu ces gouttes, puis elle pourra prendre son petit déjeuner, mais sans boire de lait. Les gouttes ne devraient pas être prise en association avec du lait.

Dans les 14 derniers jours de la grossesse, la femme enceinte en prendra le matin et le soir une cuillère à soupe, et son accouchement en sera facilité. Pour une expulsion plus facile du placenta, on donnera à la femme en couche toutes les deux heures une cuillère à café jusqu’à ce que le placenta soit expulsé sans contraction.

Si, après l’accouchement, des inflammations se produisent à la montée de lait, des compresses avec des linges humectés de gouttes en auront rapidement raison.

Elles accélèrent la guérison chez les enfants souffrant de petites véroles. On donnera aux enfants des gouttes, selon leur âge, diluées dans de l’eau. Lorsque les pustules commencent à sécher, il faudra les humecter fréquemment avec les gouttes, et aucune trace de cicatrices ne restera visible.

Elles aideront les enfants et les adultes qui souffrent de vers, oui, même les vers solitaires pourront être expulsés, mais il faut veiller à doser les gouttes en fonction de l’âge de l’enfant. Nouer un linge humecté de gouttes sur le nombril et humecter en permanence si nécessaire.

Qui souffre de jaunisse se verra soulager de tous ces troubles très rapidement s’il prend trois fois par jour une cuillère à soupe de ces gouttes et se fait des compresses sur la région enflée du foie.

Elles ont raison de toutes les hémorroïdes, guérissent les reins, expulsent du corps les tumeurs de l’hypochondre, rendant tout autre cure inutile, font disparaître la mélancolie et les dépressions et excite l’appétit et la digestion.

Elles ont également des hémorroïdes lorsqu’on les humecte fréquemment au début; si on boit les gouttes surtout avant d’aller se coucher, les hémorroïdes seront ramollies par l’intérieur. A l’extérieur, on posera un petit morceau de ouate humecté de gouttes. Cela aura pour effet de faire couler le sang superflu et de soulager la sensation de brûlure.

Si quelqu’un est évanoui, il faut lui ouvrir la bouche si nécessaire, lui introduire une cuillerée à soupe de gouttes et le malade reviendra à lui.

Lorsqu’on le boit, ce remède est également efficace contre les douleurs dues à des crampes, ils disparaîtront avec le temps.

En cas de maladie des poumons, en prendre tous les jours les matins à jeun et continuer la cure pendant six semaines.

Si une femme n’a pas ses règles ou si ces dernières sont trop abondantes, elle prend ces gouttes pendant trois jours et recommencera cette cure vingt fois. Cela réduira ce qui est en trop et compensera ce qui manque Ce remède est également efficace contre les pertes blanches

Qui souffre d’épilepsie doit en boire sans tarder. Le malade doit ensuite prendre seulement ce remède, car il fortifie aussi bien les nerfs malades que le corps et qu’il empêche toutes les maladies.

Elles font disparaître vertiges et nausées.

Si quelqu’un a de la fièvre et qu’il a froid ou chaud, qu’il est en état de grande faiblesse, on lui administrera une cuillerée à soupe et le malade, à moins que d’autres médicaments n’affaiblissent son corps, reviendra à lui en peu de temps, le pouls recommencera à battre et si haute que soit la fièvre, le malade ira beaucoup mieux.

Les gouttes guérissent également les verrues anciennes, les mains crevassées. Si une plaie est ancienne et purulente et si les excroissances de chair y ont poussé, bien laver le tout avec du vin blanc, puis y poser un chiffon humecté de goutte.

Les douleurs, ainsi que les excroissances disparaîtront et la plaie commencera à se cicatriser.

Elles guérissent sans danger toutes les plaies, qu’elles soient dues à des coups ou à des piqûres, lorsqu’on les humecte souvent de ces gouttes. On prend un linge, le plonge dans les gouttes, on recouvre les plaies. En peu de temps, la douleur disparaîtra sans que les inflammations ou des infections ne surviennent, et les gouttes guériront également d’anciennes plaies dues à des blessures par coups de feu. En cas de trous, on met les gouttes dans la plaie qui n’a absolument pas besoin d’être nettoyée auparavant. En posant à répétition un linge humecté de gouttes sur la plaie, la guérison se produit en peu de temps.

Elles font disparaître toutes les cicatrices, même si elles sont très anciennes, ainsi que les coupures lorsqu’on les humecte jusqu’à 40 fois. Toutes les plaies guéries avec ces gouttes ne laissent aucune cicatrice.

Elles guérissent également totalement toutes les fistules, mêmes si elles sont incurables, l’ancienneté de la lésion n’a aucune importance.

Elles guérissent toutes les brûlures, qu’elles proviennent du feu, de l’eau brûlante ou de la graisse, lorsqu’on humecte régulièrement les blessures avec des gouttes. Il ne se produit pas non plus de cloques, la chaleur est retirée, même des cloques purulentes guériront à la base.

Elles sont utiles contre les bosses et les tâches dus à des chocs ou a des coups.

Qui ne mange pas avec appétit, aura de nouveau faim.

Qui souffre d’une grande anémie retrouvera vite ses couleurs s’il prend les gouttes le matin, pendant un certain temps. Elles purifient le sang et active sa formation et sa circulation.

On fait disparaître les douleurs rhumatismales dans les membres lorsqu’on les boit le matin et le soir et qu’on pose des linges humectés de gouttes sur les parties douloureuses.

Elles guérissent les mains et les pieds gelés, même accompagné de plaies ouvertes. Faire des compresses avec des linges humectés de gouttes aussi souvent que possible et surtout la nuit.

Posés des compresses humectées de gouttes sur les cors et veillés à ce que les parties douloureuses soient toujours humides. Au bout de 3 jours il tombe d’eux-mêmes, ou il est possible de les peler sans difficulté.

Elles guérissent également les morsures de chiens et d’autres animaux enragés lorsque l’on boit les gouttes, car elles guérissent et éliminent tous poisons. Recouvrir les plaies avec un linge humecté de gouttes.

Qui dort mal la nuit prend de ces gouttes avant de se coucher. En cas d’insomnie nerveuse, poser sur la région du coeur un linge humecté de gouttes diluées.

Pour faire cesser l’ivresse d’un homme ivre, 2 cuillerées à soupe de ces gouttes le remettront d’attaque sur le champ.

Qui prend tous les jours de ces gouttes, le matin et le soir, n’a pas besoin d’un autre médicament, car ceux-ci fortifient le corps, rafraîchit les nerfs et le sang, empêche les mains et les pieds de trembler. En bref, elles éliminent toutes les maladies. Le corps reste droit, le visage jeune et beau.

IMPORTANT : Toutes les quantités indiquées doivent être prises diluées  dans de la tisane aux herbes ou dans de l’eau.

HISTORIQUE :
De la thériaque à la thérapie cellulaire, en passant par les querelles de clochers… « L’Élixir du Suédois » : Une légende à géométrie variable !!!

On le trouve en pharmacie, dans les boutiques diététiques et il est même conseillé comme  Remontant par les médecins. Plusieurs laboratoires phytothérapiques proposent leur Élixir du Suédois. 

Au cœur de la formule authentique règne la Thériaque, la fabuleuse et Secrète potion magique des Alchimistes, ou plutôt : les Thériaques… Mais à la Thériaque, il faut ajouter les plantes spécifiques du problème à traiterEt chacun de revendiquer, qui la paternité, qui la redécouverte, qui l’attribution de la presque magique potion...
Les laboratoires qui commercialisent l’Élixir du Suédois s’inspirent en général de la formule de Maria Treben, une herboriste autrichienne réputée dans les années 60, qui avait « redécouvert » la recette indiquée par un médecin suédois nommé Jonathan Samst.


Mais, selon Michel BONTEMPS, Maria Treben a été induite en erreur par de faux documents et raconte dans un livre qu’après la guerre, alors qu’en Bavière elle souffrait du typhus et de botulisme, une femme qu’elle ne connaissait pas lui apporta « une fiole remplie d’un liquide très odorant, avec la copie d’un manuscrit antique où, en 46 points, il était dit comment ces herbes guérissaient chaque maladie ». (Voir la reproduction du manuscrit ci-dessus)

Cette formule serait venue du fond des âges, à Babylone et en Egypte, où de nombreux récits font allusion à un mystérieux remède capable d’assurer une vie éternelle aux rois et aux prêtres. Un peu plus tard, à Rome, Néron aurait ordonné à Hippocrate de retrouver la recette de ce fameux élixir...
Cette explication, qui ne répond à aucune logique, intriguait Michel Bontemps. Si son origine était égyptienne, babylonienne ou grecque, si sa formule actuelle avait été finalisée en Allemagne, pourquoi ce remède se nommerait-il « Élixir du Suédois » ?
Passée au filtre de l’analyse historique, la formule de Maria Treben « pourrait » être totalement fantaisiste !!!

En réalité, l’Élixir du Suédois « pourrait »  avoir été mis au point pour le Roi Gustav II de Suède. Montant sur le trône en 1611, il demanda à son médecin personnel, le Dr Laurentius Erici, de trouver le moyen qui lui permettrait de n’être jamais fatigué, jamais malade.
Erici était un médecin réputé, enseignant à la Faculté, qui avait écrit l’ouvrage de référence: Radh och läkedom  (Conseils et traitements contre la peste et ses conséquences) édité à Upsala en 1602. Formé à la médecine par les idées de Paracelse, il reprit la grande formule du célèbre alchimiste la Thériaque qu’il quantifia et modifia. Selon les textes alchimiques, la Thériaque se compose de 43 plantes, nombre cabalistique de la perfection : 4 + 3 = 7
Le nombre 7 correspond à un cycle complet, qui a atteint son objectif, et qui englobe toutes les étapes d’un processus : Dieu se repose au 7e jour de la création, le 7e chakra couronne la montée de l’énergie vitale, les voies de l’extase conduisent à la 7e demeure ...
Ces 43 plantes ont des fonctions synergiques : « Elles doivent corriger et adoucir l’action d’autres simples aux vertus puissantes ; elles doivent augmenter la vertu de plusieurs autres ; elles doivent unir par le mélange et la maturation l’ensemble des composants afin qu’il n’en résulte qu’un seul; et enfin elles doivent permettre à la préparation de se conserver longtemps avec toutes ses propriétés ». 
Aux 43 plantes de la Thériaque de Paracelse, Erici conseillait d’ajouter les plantes spécifiques selon le problème à traiter. Les plantes devaient être récoltées à des dates précises en fonction de phases lunaires, selon les indications de Johannes Kepler, astrologue à l’Université d’Uppsala.
Le roi Gustav II faisait fabriquer son Elixir en grande quantité pour les soldats de sa garde d’élite, la superbe Garde Bleue (couleur de leurs yeux et de leur uniforme) réputée invincible.
Ce remède, qu’ils devaient prendre, obligatoirement, matin et soir et appliquer sur leurs blessures, leur aurait donné les forces physiques et mentales nécessaires pour défaire les armées les armées prussiennes, russes, autrichiennes, polonaises, conquérir l’Europe, parvenir au pied de Constantinople et envisager la conquête de l’Empire Ottoman...
Les chroniques de l’époque rapportent que durant tout son règne, le Roi et sa garde ne se reposèrent jamais plus de quatre heures par nuit. Infatigable, il dormait par tous les temps à même le sol, sur la pierre gelée. Il se lavait, nu, chaque jour dans les lacs et les rivières glacés.
Le Roi Gustav II le Grand s’est montré toute sa vie d’une vitalité et d’une puissance hors du commun. Il mourut le 6 novembre 1632 à la bataille de Lützen, en Pologne, mortellement atteint par une balle de pistolet. Jusqu’au dernier moment, il demanda d’imprégner sa blessure avec l’Elixir du Suédois, le seul remède dans lequel il avait confiance...
Convaincu de l’efficacité de son Élixir, Gustav II de Suède le Roy s’en servait en cas de :
Contusions, en cataplasme. Blessure, en lotion et pansement. Pour « ressouder les os », en bandage. Pour améliorer la vision, en lotion diluée dans de l’eau. En bain fortifiant. En bain de pieds, chaque jour pour soulager ses pieds meurtris par les longues marche. En bain de siège, le Roi chevauchant de 12 à 18 heures par jour. En gargarisme. Et surtout, il en buvait une cuillère matin et soir, chaque jour.

MAIS… Selon d’autres chercheurs, l’origine de cet élixir « pourrait » aussi remonter à Babylone, puis la recette circula durant tout le Moyen âge, constamment revue et corrigée. Paracelse la réactualisa au XVIe siècle et le docteur Jonathan Samst un médecin naturaliste suédois, la rédigea et en fixa définitivement la composition au XVIIIe. Mais, fin XIXème, la chimie moderne supplantant pour un temps l'usage des herbes médicinales, l'élixir fut oublié.
La formule de cet élixir appelé également au Moyen-Âge "Elixir de longue vie" provient d'une ancienne recette familiale transmise de génération en génération. Cet élixir qui apparaissait dans de nombreux manuscrits médicaux bénéficie d'une grande renommée depuis de très nombreux siècles. C'est au 18ème siècle, qu'un médecin naturaliste suédois, le Dr Samst, retrouva dans les archives familiales cette recette qui se transmettait de père en fils et s'en inspira pour la rédiger définitivement.
La tradition veut que ce docteur Samst ait vécu jusqu'à l'âge de 104 ans et qu'en plus, il ne soit pas mort de vieillesse, mais bien d'une « mauvaise » chute de cheval...

L’élixir« pourrait » aussi être une formule alchimique…
Le Spagyriste PARACELSE (1493-1541), anarchiste notoire et médecin suisse sans diplôme, de la Renaissance connut une vie tumultueuse. Sa tentative pour rénover la médiocrité de la médecine de son époque lui valut de nombreux ennemis, d'où une vie d'errance parsemée de guérisons spectaculaires dans les villes qui l'accueillaient reçu par les princes, puis chassé par ses "confrères" jusqu'à sa mort mystérieuse en 1541. Ses écrits sont denses et difficiles, mais ils demeurent toujours brûlants d'actualité à l'heure où se réveillent de nombreuses médecines dites "énergétiques".

Paracelse était alchimiste, sans doute déjà initié très jeune par son père, lui même médecin. Biochimiste, physiologiste et pathologiste, il établit les fondements de la médecine moderne et pressent les principes essentiels de l'homéopathie. Paracelse développe ses thèses à partir de la "doctrine des signatures". Il prédit la découverte d'ingrédients actifs dans les plantes. Il pensait que l'univers matériel ne pouvait être séparé de l'univers spirituel et que tout dans la création avait son importance. Alors, il posait comme principe que toute maladie traduit un écart entre notre situation présente et notre nature spirituelle originelle, du à la faillibilité de l'esprit et des sens. Il s'agissait donc de trouver le remède susceptible de nous ramener à notre nature spirituelle, seule source véritable de la guérison.
Les élixirs spagyriques de par leur grande pureté vibratoire et leur complexité agissent sur l'être humain dans sa globalité et en profondeur. Ils rééquilibrent les énergies, préservent et stimulent le pouvoir d'auto guérison et les processus vitaux.Ces produits n'entraînent pas d'effets secondaires et ne menacent pas l'équilibre naturel du corps.

L'Elixir de Paracelse est composé de pas moins de 43 (4+3=7) plantes et écorces dont, entre autres, la racine d'angélique, de rhubarbe, de Zédoaire et de carline, le safran, l'aloès, le camphre, la manne et la Thériaque Vénitienne. L'angélique (Angelica archangelica et Angelica silverstris) appartient au groupe des Amara aromatia, nom donné en pharmacie aux drogues amères qui, outre leurs substances amères, contiennent également des huiles éthérées. Toutes les plantes de ce groupe, et l'angélique plus particulièrement, ont la propriété d'activer la production et la sécrétion de la bile et des sucs gastriques et pancréatiques. Un autre ingrédient de l'Elixir a des vertus curatives similaires à celles de la racine d'angélique, il s'agit de la racine de carline, qui possède des propriétés bactériostatiques et agit au niveau de l'estomac, et qui a en plus des effets diurétiques. La racine de zédoaire (Curcuma zeodaria) active elle aussi la sécrétion de la bile et du suc gastrique. Une autre plante importante entrant dans la composition de l'Elixir est la rhubarbe (Rheum palmatum): ses racines sont prescrites en cas de gastro-entérites et s'utilisent en outre comme laxatif doux.
La myrrhe est fournie par un arbre d'Afrique - le Commiphora molmol - dont le suc est séché à l'air libre. Ces petits grains contenant de la résine ont, en usage interne, une action bénéfique en cas d'infection intestinale et de flatulences, et, en application externe, comme astringent et comme désinfectant.
Quant à l'aloès, (Aloè capensis et ferox), on en utilise le suc des feuilles en concentré. Cette préparation de l'aloès stimule l'activité intestinale. La manne (Fraxinus ornus) fournit un suc que l'on sèche à l'air libre se rapprochant du suc de l'érable du Canada que l'on obtient en incisant l'écorce de l'arbre et qui constitue un des autres ingrédients de l'Elixir. Le manna réduit la résorption de liquide au niveau de l'intestin grêle et en stimule ainsi les activités péristaltiques. Le safran est extrêmement coûteux, car ce n'est en fait qu'une minuscule partie de la fleur du Crocus sativus et plus précisément les stigmates rouge brique, donc les organes féminins de la fleur - qui est recueillie fleur par fleur (Il faut de 70.000 à 80.000 fleurs pour obtenir un kilo de safran). Le safran est un remède qui a un effet calmant et antispasmodique sur l'estomac.
Un autre composant de l'Elixir de Paracelse est la thériaque (Electruarium theriacale) qui est un mélange de poudres, également de très longue tradition, combinant plus exactement sept drogues et épices (racine d'angélique, racine de cimifuga, racine de valériane, écorce de cannelle, racine de zédoaire, cardamone, myrrhe). Enfin, le camphre s'obtient, tout comme la manna, à partir du tronc du camphrier, et il sert à stimuler la circulation sanguine.

Résumer ainsi deux millénaires de thérapeutique humaine autour des élixirs et en particulier de celui-ci , est ambitieux…. Tout autant qu’inutile sur le fond… mais cela je l’espère renforcera l’idée du lecteur de se documenter davantage.

Pour tenter d’y parvenir, j’appuierai mon propos sur quelques uns des remèdes les plus significatifs et l’introduirai par la présentation du caducée pharmaceutique.
Le caducée perpétue la représentation de Hygie, déesse de la mythologie grecque vouée à la Santé.
Cette déesse nourrit le serpent qui s’enroule autour de son bras et boit dans la coupe qu’elle lui tend.
Le serpent qui orne les caducées des médecins et des pharmaciens symbolise tout à la fois le danger mortel et le remède salvateur. Animal qui renouvelle chaque année la peau qui le recouvre, le serpent était vénéré comme symbole de la santé. Aussi, afin de sublimer des remèdes prétendus universels, il fut réduit en pièces et intégré à leur préparation. Cet animal venimeux résume à lui seul l’ambiguïté des thérapeutiques ancestrales.

Le poison était alors, tout autant cause de mort et source de vie.
C’est pourquoi la Thériaque, cette célèbre panacée, contenait entre autres substances végétales, minérales et animales, des morceaux de vipères censées combattre les poisons. (Mais il y des dizaines de thériaques !)

Cet électuaire composé pour la première fois par Andromaque, médecin de Néron, est sans doute le remède le plus complexe que l’homme ait jamais imaginé de préparer.
Son précurseur, le Mithridate, du nom de ce souverain aux multiples ennemis et père du mithridatisme, contenait déjà 54 ingrédients. Mithridate s’était en effet immunisé contre tous les poisons en absorbant quotidiennement une petite quantité de ce mélange. L’on prétend que voulant s’empoisonner, lorsqu’il se sentit en danger imminent de tomber entre les mains de son ennemi Pompée et d’être mené prisonnier à Rome, Mithridate n’y réussit point, immunisé qu’il était par son remède qui anéantissait la force des poisons !

Néron qui s’était emparé de la bibliothèque de Mithridate chargea son médecin Andromaque de parfaire ce remède. Quelques ingrédients supplémentaires y furent ajoutés au nombre desquels de la chair de vipère et c’est ainsi que naquit la très célèbre Thériaque capable de juguler tous les maux !

Dans la Thériaque se retrouvaient mêlés de l’opium, de la scille, des racines d’aristoloche, du gingembre, de l’iris de Florence, de la cannelle, de la semence de navet, des substances minérales comme le bitume de Judée et des matières animales comme le Castoréum et ainsi jusqu’à concurrence d’une centaine de substances.
Le grand nombre et la diversité des matières mélangées garantissaient l’efficacité de la Thériaque en lui conférant un nombre considérable de vertus. L’ajout de miel et de très bon vin devait rendre la composition plus « acceptable » pour le goût. Il était recommandé de la laisser vieillir quelques années avant de la consommer, car selon les écrits anciens, les ingrédients ayant fermenté, ils se seraient subtilisés et exaltés.

Les vases qui servaient à la conserver évoluèrent avec les modes et les techniques, car cette panacée traversa allégrement les siècles, empreinte qu’elle était, d’une réputation résistante à l’épreuve du temps.

Au cours des XVIIIème et XIXème siècles, elle était conservée dans de très beaux vases de faïence, de porcelaine ou d’étain.

Les contre façons étant fréquentes, eu égard au nombre de substances à réunir, les confréries d’apothicaires, au Moyen Age, préparaient le précieux remède sur les places publiques après annonce par le « crieur public » et exposition de tous les composants !

De nombreuses variétés de Thériaque furent mises au point au cours des siècles et notamment la Thériaque diatessaron ou Thériaque des pauvres dont la formule ne comportait que 4 composants : gentiane, aristoloche, baies de laurier ainsi que de la myrrhe.

La Thériaque d’Andromaque, conservera sa réputation pendant prés de 2000 ans et ne disparaîtra de la Pharmacopée qu’en 1908. Si elle reste un remède légendaire elle est surtout l’exemple type du concept de « Polypharmacie » qui prétend que plus un remède comprend de principes actifs plus il sera efficace ! Ce concept défendu par Galien, médecin Grec du 1er siècle de notre ère et père de la Pharmacie Galénique, s’oppose à la médecine spagyrique chère à Paracelse. Médecin alchimiste au XVIème siècle, ce dernier était surnommé « doctoral opiatus » en raison de sa prédilection à l’usage de l’opium. Il avait inventé « le spécifique anodin », l’adjectif « ano-din » étant pris au sens de privation de la douleur.

Ce calmant était composé d’opium thébaïque (c’est à dire provenant de la région de Thèbes en Egypte), de sucs d’orange et de coing, de cannelle, de girofle, de safran, de musc, d’ambre de corail et de perles. L’usage de l’opium était né en Egypte, c’est à elle que les Grecs et les Romains avaient emprunté nombre de remèdes.

Homère rapporte dans son récit de l’Odyssée, qu’Hélène, fille de Zeus, jeta, à l’arrivée de

Télémaque chez Ménélas, « une drogue dans le cratère où l’on puisait à boire : cette drogue calmant la douleur, la colère, et dissolvant tous les maux » Il s’agissait sans doute du fameux Pharmacon Népenthès, composé essentiellement d’opium.

Mais Paracelse était surtout connu pour sa théorie de la « quintessence » qui exhortait à l’extraction des principes actifs et à l’abandon des mélanges.

C’est le début de l’usage des teintures, alcoolats, esprits et autres extraits et il faut reconnaître que jusqu’au XVIIème siècle l’essentiel de la thérapeutique était constitué par les plantes.

Pour faciliter l’approvisionnement en matières premières chaque monastère possédait son « Hortulus », chaque monarque commandait la construction de son jardin botanique, ce fut le règne des Plantes Médicinales.

Ces dernières furent « source de chimie » et le sont toujours à travers l’extraction de leurs alcaloïdes dont les noms sont gravés dans le marbre de l’histoire de la Pharmacie : quinine issue de l’écorce de quinquina, digitaline extraite de la digitale, morphine isolée des sucs du pavot, strychnine soustraite à la noix vomique, ou encore atropine séparée de la Belladone….

Les plantes médicinales furent une seconde fois « source de chimie » à travers les essais effectués par des scientifiques, souvent pharmaciens, pour synthétiser ces molécules et échapper à l’indispensable et aléatoire cueillette.
L’acide acétylsalicylique illustre parfaitement cette démarche : un italien, Fontana, isole en 1825 la salicine de l’écorce de saule, un français, Pierre Leroux, parvient à la purifier, puis un autre français, Charles Gerhardt suivi de Félix Hoffmann, allemand, exercent leur talent de chimiste pour aboutir, par acétylation de l’acide salicylique, à ce qui allait s’appeler « Aspirine ».

Un détail important a porté ces grandes découvertes : ces hommes de génie étaient
des pharmaciens (au sens noble du terme, rien à voir avec les commerçants actuels…), des alchimistes, des spagiristes, des moines, des guérisseurs, des savants fou.

A mon tour cet été, lors de débats avec les archéoreconstituteurs du village « des Gaulois d’Esse », il m’est apparu que certaines formules de « médecine druidique » faisaient appel aux mêmes principes d’assemblages de végétaux et minéraux que l’élixir du suédois (C'est-à-dire : AMER. DIGESTIF. DEPURATIF. TONIQUE.)  Et du coup, « pourrait » donc aussi en être l’origine !

La plus part des élixirs de longue vie sont basé sur ces 4 principes fondateur (AMER. DIGESTIF. DEPURATIF. TONIQUE.), et ensuite pour cibler une action précise ou s’adapter en fonction des végétaux disponibles selon les lieux, la saison, l’expérience personnelle…

 
Une chose est certaine :
Quelque soit son origine exacte ou le nom ou l’école de son ou plutôt ses concepteur : L’ELIXIR du SUEDOIS est UN REMEDE LEGENDAIRE aux multiples bienfaits, et il n’a pas traversé les siècles par hasard.

"La nature recèle de vraies merveilles, susceptibles de soigner de nombreux maux..."  Nos anciens le savaient bien et profitaient de ces ressources naturelles en les intégrant dans leur pharmacie familiale.

Et vous seriez bien avisé en ces temps de bouleversements et d’incertitude, d’apprendre à le fabriquer, le comprendre, et le transmettre à vos enfants, comme nos ancêtres nous l’on transmit… Il convient bien évidement aussi à l’utilisation pour les ânes et les chevaux, qui sont particulièrement sensibles, réceptifs et réactif à son action par voie externe.

En dehors des vertus qui lui sont attribuées pour retarder le vieillissement et prolonger la vie, cet élixir réalisé suivant les préceptes de Paracelse est considéré comme un véritable élixir de vie, c'est le gardien irremplaçable de notre santé devant faire partie de toute pharmacie familiale.

Livré avec mode d'emploi, posologie et copie intégrale du "Vieux Manuscrit". Cet Elixir est fabriqué de façon 100% artisanale, les périodes de distillation et de vieillissement doivent être respectées rigoureusement.

Ce document ne constitue pas une information médicale... et ne saurait donc être utilisé comme tel au regard de la loi, mais il contient des informations vitales, ce qui pour l’instant n’est pas répréhensible… à bon entendeur.

Synthèse réalisée par :
Gilles SOUMAILLE ATTILA
Ancien élève de l’école de médecine chinoise SHEN (Paris, Pékin),
Certifié en réflexologie et aromathérapie.

©1989 à 2011

 


N.B. : Les propriétés curatives décrites ci-dessus ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical, indispensable dans l'établissement du diagnostic et dans l'appréciation de la gravité d'une pathologie.

Note moyenne

Moyenne:
Qualité
Prix
Choix
Conseil
Livraison
Utilité
29/01/2013
Marie Franchomme.
Bonjour Gilles,
Merci pour la qualité de vos conseils et de vos produits.
Voudriez vous adresser un tarif et une documentation à Madame

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

2 autres produits dans la même catégorie :