POURPRE. Peigne Quantum Science aux cristaux de germanium à ions négatifs.

27,50 €

Disponibilité : Ce produit n'est plus en stock

Peigne Quantum Science aux cristaux de germanium à ions négatifs. Combinaison de germanium et de titane/aluminium. Calvitie Massage crânien. Revitalisation du cuir chevelu Ralentissement et arrêt de la chute des cheveux. Antipelliculaire actif. Favorise le métabolisme Réduit es problèmes de cervicale. Couleur POURPRE

Plus de détails


Prévenez-moi lorsque le produit est disponible

Programme de fidélité Recevez 1 point de fidélité. Total du panier : 1 point, d'une valeur de 1,00 €.


Peigne Quantum Science aux cristaux de germanium à ions négatifs.

Le Peigne Quantum Science est une combinaison spéciale de germanium et de technologie des semi-conducteurs : titane et aluminium.

FONCTIONS:
Massage crânien.
Revitalisation du cuir chevelu
Ralentissement et arrêt de la chute des cheveux.
Antipelliculaire actif.
Favorise le métabolisme
Réduit es problèmes de cervicale.
Améliore l'insuffisance cérébrale, maux de tête, insomnie.
Soulage la fatigue, les douleurs crâniennes.
Réduit le stress.
Régule la pression sanguine capillaire.
Bien être et beauté.

Matériaux:
6 cristaux de Germanium  incrusté sur une structure titane et aluminium anodisées.
1000 ohms.
Couleur: pourpre  ou or.
Coffret à fermeture magnétique.

Le germanium est un élément chimique, qui contient peu de minéraux en grande quantité, par conséquent, il a été découvert relativement tard. Cependant, les scientifiques ont annoncé que le germanium organique est une substance vitale fournissant de l'oxygène aux cellules du corps augmentant le système immunitaire sans effets secondaires.
 
LE GERMANIUM:
Nombre atomique: 32
Masse atomique: 72.59 g/mol-1 découvert par : Clemens WINKLER en 1886.
Le Germanium deviendra probablement un minéral de renommé, grâce à sa sécurité et sa polyvalence de propriétés thérapeutiques, qui ont permis des rémissions quelque peu miraculeuses, particulièrement dans les mains des Japonais, qui ont certainement la plus grande expérience avec cet élément.
Le Germanium n'est pas une substance magique, bien que ses effets soient parfois remarquables.
Le Germanium est un semi-métal qui sort de la terre et est présent partout. Ses propriétés d'être un semi-conducteur élémentaire l'ont rendu fortement précieux aux yeux de l'industrie électronique. Bien qu'il ne puisse pas être utilisé à l'intérieur du corps, la structure du Germanium et sa constitution permettent d'effectuer beaucoup de taches qui ont un effet guérissant sur l'organisme, y compris l'élimination et la neutralisation des substances toxiques, tels les métaux lourds et les radicaux libres et protège les cellules sanguines des radiations diverses.
Une recherche scrupuleuse au niveau moléculaire a, sans équivoquement, documenté les propriétés du Germanium, particulièrement pour le cancer et l'arthrite.
Le Germanium a été soigneusement étudié par les communautés tant scientifiques qu'alternatives, avec des résultats thérapeutiques acceptables et encourageants pour sa structure et sa philosophie pour ces deux traditions de guérison. La polyvalence des effets thérapeutiques du Germanium organique et sa non toxicité virtuelle rendent cette matière fortement attractive pour quiconque est intéressé par la réalisation et le maintient de la bonne santé.


Les actions principales des ions négatifs:
PURIFICATION DU SANG:
Les cellules sanguines sont plus actives dans leurs mouvements, les ions négatifs aident à approvisionner en nutriment au sein de nos cellules et à se débarrasser plus facilement des déchets.
Avec ces actions, les cellules malades et les cellules mortes se reconstituent.
Le taux de calcium augmente, ce qui permet aux muscles d'être plus actifs, particulièrement pour les muscles cardiaques qui rendent le cœur plus robuste.

AUGMENTATION DES DÉFENSES IMMUNITAIRES:
La gammaglobuline est une sorte de protéine contenue  dans un sérum qui est un anticorps d'immunisation.
Lorsque les ions négatifs augmentent dans notre corps, la quantité des gammaglobulines augmente aussi.
Ils aident donc à maintenir le corps  en bonne santé en augmentant le pouvoir de résistance contre les infections des virus par l'augmentation d'anticorps.

CAPACITÉ D'AJUSTEMENT DES NERFS AUTONOMES:
Les nerfs autonomes contrôlent tous les organes automatiquement, indépendamment de notre volonté.
Les ions négatifs dynamisent le système nerveux, le sang et la lymphe et jouent un rôle crucial pour renforcer les fonctions affaiblies de la vitalité.

SOULAGEMENT DE LA DOULEUR:
Les ions négatifs augmentent le calcium ionisé, génèrent des endorphines et enképhalines, ce qui aident donc à la récupération de la fatigue et au renforcement de la force physique et aussi à la fabrication des cellules dans le corps humain des personnes immunodéprimées, ils  permettent au sang de mieux circuler et de soulager les douleurs.

NOTE:
1. L'utilisateur peut être atteint de nausées ou de vertiges. Il peut être allergique aux rayons infrarouges, aux ions négatifs. Dans ce cas, cessez d'utiliser le produit.
2. Des utilisateurs différents peuvent avoir des effets différents.
3. Ne doit pas être mis dans la bouche.
4. Déconseillé aux femmes enceintes, aux porteurs d'appareils cardiaques et aux personnes souffrant d'hypotension, aux porteurs de patchs cutanés et aux personnes atteintes de troubles circulatoires sanguins.

INFORMATIONS SUR LES IONS NEGATIS:
Fines particules chargées électriquement, les ions négatifs nous dynamisent et nous apaisent, les ions positifs nous stressent et nous fatiguent. Le manque d’ions négatifs est associé à certaines pathologies (asthme, fatigue chronique, céphalées, allergies, état dépressif, nausées), qui s’améliorent lorsque l’on inverse la charge électrique de l’air. Les Ions positifs se trouvent principalement dans les endroits en présence d'appareils électriques (ordinateur, télévision, électroménager, téléphone...) ; tandis que les Ions négatifs se retrouvent eux en grande concentration aux abords des cascades, dans la forêt etc.



Pour les très curieux :

GERMANIUM ?
Le germanium est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de numéro atomique 32 et de masse atomique de 72,59. Il est contenu dans la terre et dans les végétaux. Le ginseng en contient 4 189 ppm, l’ail 754 ppm, le Ptilope de Sumba 124 ppm, la campanile 152 ppm et la racine de subprostrata de sophora 257 ppm. Les études cliniques ont démontré ses effets anti-cancer différents ceux des autres substances anti-cancer déjà existants, notamment en libérant davantage d’oxygène dans l’organisme et par son rôle de conducteur de l’interféron.

Cet élément a une histoire intéressante dès sa découverte : Mendeleïev, le fondateur du tableau périodique des éléments, laissa vide la 32e case en prévoyant la découverte du futur élément. 20 ans plus tard, le scientifique Allemand Wingra trouva enfin l’élément correspondant et l’appela « germanium »..

Le germanium possède 32 électrons dont l’un des quatre de la couche externe quitte sa place, à la rencontre d’une substance étrangère, pour être remplacé par un trou électrique positif (+), une sorte de piège. Un phénomène se créé alors pour remplir ce trou avec un autre électron. C’est sur ce phénomène qu’une hypothèse a été établie en espérant l’effet de déshydrogénation comme dans le domaine de la physiologie. D’un certain point de vue, l’organisme est un concentré d’ultra-microtomes électriques. Chaque organe, chaque partie fonctionne comme un concentré particulier. Chaque partie possède donc un potentiel bien défini et c’est en cas d’anomalie de celui-ci qu’est provoqué une maladie. L’électroencéphalogramme ou l’électrocardiogramme sont des appareils pour détecter les anomalies en mesurant le changement de potentiel et le germanium joue un rôle surprenant dans la correction de l’anomalie du potentiel.

La métastase des cellules cancéreuses est très différente de celle des autres cellules saines. Les cellules cancéreuses se multiplient à une vitesse redoutable et a donc un potentiel élevé et fort changeant. Le germanium récupère les électrons de telles cellules cancéreuses pour diminuer le potentiel. Ce phénomène correspond à la réaction de déshydrogénation telle qu’elle a été établie dans l’hypothèse et c’est ainsi que le germanium interrompt l’activité des cellules anormales (cancéreuses) et freine la métastase du cancer.

Le germanium est un élément semi-conducteur comme le silicone et le transistor utilisant ses caractéristiques électriques a donné naissance aux calculatrices, les hi-fi, etc., d’aujourd’hui.

Le fait que le germanium est un semi-conducteur, non pas métallique, est très pratique au point de vue physiologique. En effet, chaque cellule, y compris le sang, a une propriété semi-conductrice. Or, les semi-conducteurs, de part de leur nature, ne peuvent coexister entre eux. Cela signifie que le germanium absorbé à l’excès et à long terme est excrété sans les effets secondaires.

Prévention de l’anomalie provoquée par des radiations
« Le mal nécessaire » veut dire quelque chose nécessaire mais loin d’être bénéfique. Dans ce sens, les radiations sont belle et bien le mal nécessaire. Les radiations sont utiles pour tuer des cellules cancéreuses, pour diagnostiquer le tuberculose et pour voir à travers le corps, mais du fait que l’on ne peut pas les projeter localement de manière précise, des cellules saines sont aussi endommagées. De plus, en détruisant des globules rouges et des globules blancs, elles peut ôter la vie. Les effets secondaires constatés chez la plupart des patients tels que la chute de cheveux, la brûlure cutanée, etc., font que les radiations tuent non seulement le cancer mais aussi le patient.

Selon les études biochimiques, le germanium vient protéger ici des globules en faisant détourner les électrons radioactifs dans le cercle atomique. Son rôle est équivalent à celui d’un casque métallique qui protège la tête contre les balles et les éclats d’obus.

L’homme est aussi un semi-conducteur.
Dans les matières, il y a les conducteurs électriques comme le fer et le cuivre, les non-conducteurs tels que le bois et le caoutchouc et enfin les semi-conducteurs.
Le corps humain fait partie de la 3e catégorie avec ses 400 mille milliards de cellules ayant des caractéristiques électriques complexes. Les conditions physiques sont difficiles à mesurer avec la médecine moderne car elles sont définies par les phénomènes électriques de ces cellules.

Médecine semi-conductrice
Le but final du docteur Asahi était, tout au long de sa vie, la médicalisation du germanium. La propriété semi-conductrice était déjà appliquée à la technologie électronique en couronnant quatre lauréats du prix Nobel, mais le docteur Asahi fut le premier qui lança un défi visant un domaine vierge qui est l’application dans les soins médicaux.
Bien que la propriété semi-conductrice ait des effets pharmaceutiques ainsi que des actions médicales électriques, afin que le germanium soit introduit dans le corps humain, il doit acquérir l’état organique. A tel point que le docteur Nakahara, directeur du Centre national de recherche sur les cancers au Japon de l’époque, revendiqua à maintes reprises : « Pour avoir des effets biochimiques, il faut être soluble à l’eau. » Par conséquent, le germanium doit être absorbé dans le sang en état soluble à l’eau afin qu’il puisse être un médicament.

Les effets du germanium
Quant aux effets surprenants du germanium, nous pouvons citer le docteur Asahi :
" En lisant les rapports cliniques des médecins, j’ai été surpris par les effets étonnants du germanium … il est claire que ces effets sont complètement différents de ceux des autres médicaments déjà existants. "

Certains disent que le germanium augmente la capacité d’auto-guérison, d’autres croient que ses effets vont bien au-delà. Le germanium n’a aucun effet secondaire, le seul phénomène à noter est une réaction de guérison telle que l’on dit dans la médecine chinoise.
Ce phénomène signalant le début d’une guérison, il est en réalité quelque chose de tout à fait jouissant. En tout cas, les effets du germanium appartiennent à la médecine chinoise et on peut dire que cette substance est une incarnation des rêves d’antan de la médecine chinoise.

Même cliniquement, le germanium révèlent des effets surprenants sur toutes les maladies que ce soit le cancer du rein ou du sein, la névrose, l’asthme, le diabète, l’hypertension, la rhinite, la névralgie, la leucocytose, la tumeur du vagin, etc…

Lorsqu’on admet l’hypothèse « toute maladie vient d’un manque d’oxygène », le germanium vient la conforter. De plus, lorsqu’on sait que ‘Interlukin-2’ qui attire de nos jours toute l’attention comme traitement anti-cancer de rêve, est une sorte d’interféron, le germanium est une variante de ‘Interlukin-2’ administrée par voie buccale.

L’importance qu’a le germanium en tant que ‘sauveur du 21e siècle’ n’est pas le fruit du hasard, mais viendrait sans doute d’une nécessité mystérieuse. Il est vrai que la médecine moderne n’a pas encore trouvé de substance équivalente aux sources d’énergie naturelles telles que le Soleil, l’oxygène, l’eau, etc., qui maintiennent notre vie. Néanmoins, d’après les dernières nouvelles, les élites américaines et allemandes œuvrent pour commercialiser de l’oxygène en tant qu’aliment, dans le cadre du traitement des maladies. Le germanium, quant à lui, est un oxygène à manger.

Pourquoi avons-nous besoin du germanium ?
Il est bien connu et indéniable que le manque d’oxygène est l’origine de toutes les maladies. Lorsqu’une maladie se déclenche dû à un manque d’oxygène, on complète d’oxygène afin d’améliorer l’état du patient : c’est une théorie de base. Cela ne conduit pas forcément à l’administration du germanium. Une alimentation équilibrée, l’alcalisation du liquide organique, les sports permettant de stabiliser l’état mental, l’acuponcture, le gymnastique, le yoga, etc., contribuent également à compléter l’oxygène manquant. La question se pose sur l’aspect pratique ou si l’état du patient permet de pratiquer ce genre d’activités. Le germanium apporte la solution à ce problème.

Le germanium fournit rapidement de l’oxygène dans chaque cellule en accélérant le métabolisme. Il agit comme inducteur de l’interféron, médicament anti-cancer de rêve. Chaque organe s’active ainsi et retrouve son fonctionnement normal afin que l’état du patient s’améliore. De ce fait, le germanium vient, si l’on peut le dire, sauver des patients souffrant de malades chroniques ou incurables.

Raccourcissement du temps de sommeil
L’homme moderne souffre d’insuffisance de sommeil, surtout quant il s’agit des individus exerçant des activités créatives comme des écrivains, etc., et qui travaillent mieux la nuit. Si l’oxygène est suffisamment fourni pendant le sommeil, un sommeil relativement court peut suffire. En revanche, le manque d’oxygène empêche de dormir profondément. L’administration du germanium permet d’avoir un sommeil profond dans une courte durée.

Pour des activités créatives
Les scientifiques, chercheurs, étudiants, échiquiers et auteurs exerçant des activités cérébrales nécessitent davantage d’oxygène afin d’avoir des idées pertinentes et de faire des créations. Ils ont donc besoin du germanium organique qui joue le rôle de frappeur d’urgence de l’oxygène. En effet, non seulement le germanium agit comme de l’oxygène, mais il aide la circulation sanguine en réduisant l’acidité et la viscosité du sang afin d’apporter davantage d’oxygène dans le cerveau.

Plus qu’un médicament
« Le germanium n’est pas un simple médicament. Il est plus qu’un médicament car il génère l’oxygène, l’élément le plus important dans l’organisme, » dit-il le docteur Asahi. Il ajoute également : « Une fois, j’avais filé le germanium à un acuponcteur que je connaissais bien. Les patients qui venaient le voir souffraient de maladies jugées incurables par la médecine moderne telles que cancers, cirrhose hépatique, etc… En constatant de nombreuses guérisons par le germanium, il a fini par renoncer son métier. » Après quoi le docteur a prouvé la non-toxicité du germanium à travers des essais minutieux sur la toxicité aiguë, la toxicité chronique, etc., réalisés par un laboratoire compétent. Immédiatement après, il a ouvert une clinique de germanium pour sauver des malades incurables. Il s’exprime ainsi sur ses expériences : « En voyant mes patients guérir, j’ai eu un sentiment mystérieux non concevable dans la médecine déjà existante. Toutes mes observations faites en administrant le germanium à long terme prouvaient que le manque d’oxygène provoquait des maladies, et aucune ne prouvait le contraire. »

En soutenant la théorie du docteur allemand Warburg, qui fait autorité mondiale en matière des cancers, selon laquelle « les cancers sont les conséquences du manque d’oxygène » et qui était basée sur de nombreuses expérimentations et observations sur les animaux, il a constaté le fait que le pouvoir puissant de déshydrogénation du germanium oxygène les cellules cancéreuses et suspend ses activités cellulaires. En outre, il décrit les effets du germanium comme suit : « Des lettres de remerciements de mes anciens patients qui souffraient de maladie de Behçet, d’anémie pernicieuse, d’hépatite incurable, etc., remplissent les tiroirs de mon bureau. Chacune de ces lettres est à la fois une plainte contre la médecine moderne et le témoin des remerciements. Le germanium joue le rôle d’oxygène dans le sang et contribue ainsi à augmenter la quantité d’oxygène dans tout l’organisme. Cela a été déjà démontré dans des rapports détaillés du laboratoire biochimique de l’Université du Tohoku au Japon. »

Germanium organique
Notre corps est un composé organique. Les trois éléments nutritifs – glucides, lipides, protéines – sont également des composés organiques, sans oublier le quatrième élément à savoir les vitamines. Le cinquième, les minéraux (calcium, fer, etc.), quand à lui n’est, comme son nom l’indique, pas un composé organique et ne peut donc pas constituer un élément nutritif. C’est pourquoi qu’en cas d’amnésie dû au manque de fer, prendre du fer sous forme de poudre ne fait que provoquer la diarrhée sans qu’il soit absorbé dans notre organisme. L’eau est aussi un minéral. Après être absorbée dans l’organisme, elle agit en tant qu’un composé organique jusqu’à son excrétion en état de composé minéral. Quant à l’oxygène, c’est un minéral mais agit lui aussi comme le composant d’une substance organique. Le germanium agissant comme un transporteur ou un frappeur d’urgence n’aurait donc aucune utilité s’il n’est pas organique.

Le germanium utilisé comme matière première du transistor est un germanium minéral. Celui-ci est fabriqué en masse de manière industrielle à partir des produits secondaires de l’affinage du zinc ou des tares du charbon.

Que signifie ici « organique » ?
Sa définition dans le dictionnaire est : relatif aux organes ou aux êtres vivants organisés. Dans le domaine de la chimie, un composé organique désigne une ‘substance ayant comme compostant principal le carbone’ et qui est lié aux activités produites dans les êtres vivants, animaux ou végétaux. Encore une fois, un composé organique a comme principal actif le carbone, qui est aussi le compostant principal des végétaux. Delà nous pouvons comprendre que ce sont des végétaux des temps anciens décomposés au sous-sol que nous trouvons aujourd’hui dans l’état minéral sous le nom de charbon ou encore sous une autre forme, le pétrole.

Docteur Asahi étudiait la structure du charbon et c’était par ce biais qu’il s’est intéressé au germanium.
Le lien initial : Végétaux -> Charbon -> Germanium
a été transformé en : Végétaux -> Germanium.
Après avoir analysé divers végétaux, il a découvert que les champignons, le ginseng, la châtaigne, le Ptilope de Sumba, etc., contenaient le germanium à haute densité. Ces végétaux s’utilisent depuis l’antiquité dans la médecine chinoise. L’ail, la campanile, l’aloès, etc., que nous appelons couramment aliments de santé, contiennent également le germanium.

Le docteur lui-même a bénéficié les effets miraculeux du germanium organique lorsqu’il a été atteint du cancer du larynx. En effet, « la réalité est encore plus étrange qu’un roman. » Enfin en 1970, le docteur Asahi a réussi à composer le germanium organique, l’aboutissement d’une longue recherche. Le nom officiel de ce composé est ’carboxyéthyl sesquioxyde de germanium’. Comme nous pouvons le constater dans sa formue moléculaire - (GeCH2CH2COOH)2O3 -, le germanium (Ge) tient fermement l’oxygène (O). C’est ainsi que le germanium transporte rapidement de l’oxygène dans l’organisme.

Les actions du germanium
Nous absorbons des aliments pour vivre. Ce qui n’est pas absorbé dans notre organisme est excrété par les scelles et ce qui est absorbé est consumé par l’oxygène en passant par différentes étapes avant d’être excrété finalement sous forme de gaz carbonique et d’eau. C'est-à-dire que le carbone en état de gaz s’associe à l’oxygène avant d’être excrété et un autre gaz, l’ion d’hydrogène s’associe à l’oxygène avant d’être excrété sous forme de transpiration ou d’urine.

L’hydrogène est un ion positif qui est complètement inutile dans l’organisme s’il n’est pas nocif. L’excès d’hydrogène transforme le corps en état acide et la cette acidité est indiquée par pH. Cet ion d’hydrogène qui rend acide l’organisme entraîne toutes les maladies s’il n’est pas neutralisé par l’oxygène. L’hydrogène s’associe à l’oxygène avant d’être excrété et cette neutralisation demande une quantité importante d’oxygène en cas de présence d’une grande quantité d’hydrogène.

Dans ce cas, lorsqu’on administre le germanium, celui-ci s’associe à l’hydrogène à la place de l’oxygène en préservant ainsi l’oxygène présent dans le corps et en aidant par conséquent l’organisme à lutter contre la fatigue et à remplir les fonctions indispensables pour maintenir la santé. « Le germanium disparaît du corps en 20 à 30 heures sans laisser la moindre trace et une grande quantité de germanium associé à l’ion d’hydrogène a été trouvé dans l’urine. » Cela prouve parfaitement que le germanium n’a aucun effet secondaire.

Le germanium excrète ainsi diverses substances nocives, re-alcalise les déchets déjà acidifiés et stimule le métabolisme en exerçant des effets considérables sur le gène et l’être vivant.

Oxygène actif
En général, nous comptons trop sur les médicaments au point de chercher un médicament miraculeux. De ce fait, lorsque les effets ne sont pas immédiats, nous rejetons ces médicaments. Mais un médicament n’a comme rôle que d’aider la capacité naturelle de guérison de chacun. Le germanium organique en est de même. Cependant, ce dernier est plus qu’un médicament.

En quoi le germanium est-il différent ?
Le germanium a deux missions dans le corps humain. Premièrement, il doit éjecter de l’oxygène présent dans les cellules. L’oxygène ainsi éjecté s’appelle l’oxygène actif. En général, l’oxygène existe sous forme de molécule O2 mais lorsqu’il se combine avec d’autres substances, il prend la forme de O. Le germanium organique ressuscite des cellules à l’agonie attendant cet oxygène actif et dynamise des réactions chimiques intercellulaires. Les cellules du corps retrouvent alors leurs fonctions d’origine et le dynamisme, et par conséquent, le corps retrouve de bonnes conditions permettant d’améliorer fondamentalement l’état de santé.

Les causes fondamentales de tous les états maladifs étant le manque d’oxygène, lorsque le corps retrouve de l’oxygène, tout ne peut aller que mieux. Nos activités de vie dépendant de l’ADN. Notre corps est extrêmement complexe, il ressemble à une usine chimique de composé cellulaire équipée de processus de production de haute précision. Et dans cette usine, l’ADN joue le rôle de directeur de gestion. Sous l’ordre de l’ADN, l’enzyme dirige les processus de production sur place. Il arrive parfois que l’opération liée entre l’ADN et l’enzyme ne se déroule pas correctement. L’élément déclencheur est l’erreur de l’information génétique envoyée par l’ADN. Dans ce cas, la reproduction cellulaire est erronée dans le processus de division et l’usine fabrique des produits défectueux non-conformes aux normes. Ces cellules anormales non-conformes aux normes forment des protéines étranges ayant un mode de liaison différent d’acide aminée et produisent un enzyme défectueux. Le système de contrôle de l’usine chimique cellulaire entre alors dans le désordre total en provoquant des cancers ou d’autres maladies incurables comme la maladie du collagène.

Le traitement décisif contre les cancers n’existe pas de nos jours. Malheureusement, il n’y a pas non plus de mesures complètes pour répondre à l’hypertension, l’infarctus cérébral ou cardiaque, le diabète, etc. Le germanium est un élément mystérieux qui répond à ces exigences.

La base de l’acide est l’hydrogène, non pas l’oxygène, plus précisément l’ion d’hydrogène. L’ion d’hydrogène est un gaz complètement inutile dans le corps mais en cas d’excès, le corps devient acide et perd sa forme. Le corps a besoin de l’oxygène pour nettoyer ce gaz inutile. L’oxygène s’associe à l’ion d’hydrogène avant d’être excrété sous forme d’eau et dans ce processus, le germanium orgiaque fournit l’oxygène. L’action de supprimer l’ion d’hydrogène s’appelle déshydrogénation et le germanium orgiaque non seulement mène cette action avec l’oxygène contenu dans le molécule, mais aussi remplace le rôle de l’oxygène. Cela est démontré par la présence du germanium associé à l’ion d’hydrogène dans l’urine. Le germanium orgiaque est très efficace contre les cancers car cette capacité de déshydrogénation purifie des liquides nocifs. Fort heureusement, le germanium est un élément positif et électriquement semi-conducteur. Comme les cellules sont semi-conducteurs, le germanium ajuste le potentiel et le courant des cellules en contrôlant les conditions du tout le corps.

Les maladies liées à la ménopause et la dépression qui touche profondément notre société moderne peuvent être guéries par l’action de contrôle du germanium. Une autre action mystérieuse du germanium est l’excrétion des métaux lourds nocifs pour l’organisme tels que le mercure, le cadmium, etc…


Le germanium augmente la capacité de guérison naturelle.
Pour qu’un médicament prenne effet, il doit être ‘absorbé’ dans l’organisme et atteindre les cellules visés. La vitesse de l’absorption dépend de la forme du médicament et du mode d’administration : on admet en général que l’injection sous-cutanée est plus rapide que l’administration par voie buccale et l’injection sanguine plus rapide que l’injection sous-cutanée. En cas d’administration par voie buccale, la poudre fine est absorbée plus rapidement que le cristal.
Afin qu’un médicament absorbé atteigne les cellules visés et prenne effet, il doit pouvoir s’infiltrer et pour qu’il puisse s’infiltrer, il doit se dissoudre. Lorsqu’il est dissout dans le sang, il peut enfin être distribué dans l’organisme. Le médicament ainsi absorbé provoque ensuite un changement chimique actif, en particulier dans le foi. Ce changement est appelé ‘métabolisme’. Un médicament est, malgré ses composants de qualité, un corps étranger pour l’organisme. Il est donc métabolisé dans le foi, ses actions s’atténuent et se transforme en substance soluble à l’eau et facile à excréter. Il s’agit ici d’une fonction de défense quasi instinctive pour neutraliser une substance étrangères qui le le médicament et l’excréter le plus rapidement possible. Il faut noter ici que selon le médicament, les substances produites au cours du métabolisme peuvent être nocives pour l’organisme en provoquant des effets secondaires.

En tout cas, une partie du médicament ainsi absorbé rencontre un changement chimique dans l’organisme pour se transformer en une autre substance et une autre partie est excrétée après avoir rempli son rôle. Cependant, une partie reste malheureusement dans le foie, la rate ou d’autres organes en provoquant des effets secondaires. Une telle action du médicament comprenant l’absorption, la distribution et l’excrétion est appelée action générale pharmacologique. Pour le germanium, les essais d’action générale pharmacologique ont démontré que la vitesse d’absorption et d’excrétion a été tellement rapide qu’il n’y avait quasiment pas de résidu. C'est-à-dire qu’aussitôt absorbé, le germanium se distribue rapidement distribué dans chaque organe et s’excrète dans 3 heures pour 90%, en ne laissant quasiment pas de résidu dans 12 heures. On peut en tirer la conclusion que le germanium n’a aucun risque de s’accumuler dans l’organisme et de provoquer des effets secondaires. De plus, lors de l’expérimentation sur les animaux, le germanium n’a montré aucune action pharmacologique chez les animaux en bonne santé mais a montré un action accélératrice de guérison sur les animaux malades. De ce fait, le germanium serait lié à l’action de baisse de la tension, à l’action de contrôle de l’immunité, l’action de production de l’interféron et à l’action anti-cancer.

Réaction de guérison
La réaction de guérison est une prouve de l’amélioration de maladies. Afin d’aider la compréhension des patients sous traitement du germanium, nous allons expliquer cette réaction plus en détail. Les malades de foie, de rein, d’estomac, de pancréas, d’allergies (asthmes, eczéma), de constipation, de rhumatisme, de paralysie et de diabète sont souvent sujets d’une telle réaction. La réaction de guérison provoquée par le germanium s’explique par la transformation de l’état du corps par la décomposition ou le déplacement des toxines. Par exemple, les malades de diabète peuvent avoir une montrée de sucre, les malades de rhumatisme une douleur aiguë inhabituelle, etc. De plus, à cause du déplacement des toxines, ils peuvent avoir une douleur ou démangeaison dans des endroits inhabituels. Cet état ne dure cependant que 3 jours, maximum 2 à 3 semaines. Cette durée dépend du mode et de la quantité d’alimentation, la morale, la quantité du germanium. A l’apparition de cette réaction, il ne faut pas arrêter l’administration du germanium car cela est un signe de guérison. Il est conseillé de continuer son administration jusqu’à une guérison totale.


Le rôle du germanium
Comment le germanium réduit la douleur ?
La douleur est un phénomène subjectif et donc ne peut être vérifiée dans l’expérimentation sur les animaux. Mais le germanium a une action réduisant la douleur et cela est très encourageant indépendamment de ses effets réel au niveau de traitement. Cette action du germanium n’est pas comme celle de la morphine qui consiste à paralyser les sensations mais à l’heure actuelle, nous ne pouvons l’expliquer que par la sécrétion de l’endorphine. Cependant, au bout de 20 minutes après l’administration massive du germanium, la douleur s’atténue et même chez une malade utilisant la morphine peut arrêter l’injection de cette dernière au bout de 2 semaines. Alors que l’utilisation de la morphine empêche le patient d’avoir l’esprit claire, le germanium le maintient dans l’esprit claire tout en atténuant la douleur, permettant d’autres traitements.

L’application du moxa consiste à brûler la peau avec du feu. Cela provoque la décomposition du protéine cutanée et ce protéine décomposé légèrement toxique se diffuse dans le sang. Les cellules dans le sans produisent alors l’interféron comme l’action défensive et résistent à des ennemis plus grands qui sont les maladies.

L’homme moderne a la tendance de tout nier s’il n’est pas prouvé scientifiquement et cela encore davantage chez les individus ayant un niveau élevé d’éducation et un mode de réflexion logique. Mais nier alors qu’il n’a pas de contre-preuve serait une sorte de dogme. Il ne faut pas nier car quelque chose ne correspond pas à sa connaissance limitée. Il ne faut pas exclure la possibilité parce qu’il n’y a pas de contre-preuve.

Germanium, médecine chinoise, radiations
Le germanium a une méthode de fabrication chimique mais son traitement est plus proche de la médecine chinoise que la médecine occidentale, car cela consiste à lutter contre l’origine de la maladie. Les médicaments chinois associés au germanium créent une action synergique.

La médecine moderne a la tendance de croire que, quelle que soit la maladie, seule l’administration des médicaments et l’élimination des facteurs de maladies est le meilleur traitement. Elle ne diagnostique que des anomalies visibles lors des examens. En revanche, la médecine chinoise a pour l’objectif de supprimer les cause même quelque soit l’endroit où apparaît la maladie.

Elle considérée qu’un patient est guéri lorsqu’il parvient à vivre sans grand difficulté dans le quotidien même s’il y a une partie visiblement anormale. Plus précisément, même si les examens n’ont diagnostiqué aucune maladie, si un patient expose un problème d’insomnie ou exprime sa douleur, il est considéré comme malade. Les traitements consistent donc pour lui de rétablir son environnement qui a provoqué ces symptômes afin qu’il retrouve son état normal. Cette idée basée sur les « symptômes » est spécifique à la médecine chinoise.

Si la médecine moderne est objective et scientifique, la médecine chinoise est plutôt subjective et non scientifique. Cependant, en cas de diarrhée, si la personne concernée ressent cette anomalie, cela ne peut être que la maladie. Qui a raison, qui a tort n’est pas important ici. Ce qui compte est que la médecine occidentale et la médecine chinoise doivent être complémentaires.

Pour les cancers, sauf dans les cas où il est trop tard pour appliquer la pharmacothérapie, si on ne compte sur les diagnostics ou opérations chirurgicales précoces, il y a des effets secondaires qui est la réduction de la production du macrophage ou de l’interféron pouvant stimuler les cellules défenseuses naturelles. C’est ainsi qu’il arrive qu’un sujet meurt après être guéri d’un cancer, atteint d’une autre maladie comme tuberculose, etc., dû au dysfonctionnement lié aux traitements.

Le dysfonctionnement du macrophage provoque même la paralysie du fonctionnement du foie comme les déchets qui envahissent nos célèbres montagnes et lieux de pêche. Après une opération abdominale, même simple, la production de l’interféron baisse pendant environ une semaine. Car la laparotomie provoque la production de la cortisone en freinant la production de l’interféron.

De ce point de vue, les radiations et les médicaments anti-cancer influencent tous les deux la production de l’interféron. Les chimiothérapies comprenant les médicaments anti-cancer sont non sélectives et les radiations détruisent également des cellules saines. Le cancer n’est pas une maladie qui surgit en un ou deux jours ou encore en quelques mois, mais demande plusieurs années voire 10 ans avant d’avoir le premier symptôme. Il ne faut donc pas s’attendre d’être guéri complètement en quelques jours ou en quelques mois. Une maladie qui a mis un an pour se déclencher demanderait au moins un an jusqu’à la guérison. De même, pour une maladie qui a mis 10 ans, il faut 1à ans pour la guérison complète. Même psychologiquement, il vaut mieux être relaxe pour combattre les cancers.

L’objectif du germanium ne vise pas uniquement les cancers.
Le germanium joue le rôle de conducteur de l’interféron, remplace de l’oxygène et normalise - cette action a été prouvé tout récemment - le métabolisme du calcium affecté. Et cela sans parler d’autres actions qui ont pas encore été prouvées.

Par exemple, l’administration du germanium chez un patient de cancer soulage la douleur et ce phénomène n’est pas explicable uniquement avec l’interféron. La douleur étant un ressentiment subjectif du patient, exprimer ce degré en chiffre objectif serait bien intéressant pour éclaircir cette action mystérieuse.

En ce qui concerne le métabolisme du calcium, on peut imaginer que le réglage du calcium sur la paroi des veines supprime le gonflement de la partie environnantes ou que le réglage du flux sanguin vers la partie gonflée soulage la douleur, etc… Le métabolisme de l’eau en est un autre exemple. En début de recherche sur le germanium, l’idée d’associer tous les effets au problème d’oxygène était prioritaire mais au fur et à mesure que la recherche avance, les actions mystérieuses du germanium occupent le cœur de la recherche.

De ce point de vue, l’objectif de la recherche ne doit pas être limitée aux cancers. La guérison a également été portée sur de nombreuses maladies autres que les cancers, telles que l’anomalie des nerfs cervicaux, la paralysie cérébrale, le diabète, l’asthme, le rhumatisme, etc…

Interféron et germanium
Thérapie de germanium pour lutter contre les cancers
Lutter contre les cancers est une guerre totale. Cette guerre doit être menée non seulement au niveau de traitement mais aussi au niveau de prévention. Cette idée est toute récente. Il y a à peine 10 ans, les cancers étaient considérées comme des maladies fatales et le traitement était prioritaire à la prévention. Mais avec le dévoilement du vrai visage du cancer, qui était resté jusqu’ici un mystère, l’idée que la prévention est plus efficace a pris dessus.
Quels sont alors le rôle et les possibilités pharmacologiques qu’a le germanium dans la prévention et le traitement du cancer ?
Nous vous rappelons cette partie a déjà été exposée dans la partie des actions pharmacologiques.

Le docteur japonais Ogada est le fondateur de la pathologie au Japon. Il s’agit d’un célèbre scientifique qui a reçu la Médaille de la Culture. A l’âge de 72 ans, il a été opéré du cancer de la prostate et a lutté contre ce cancer pendant une vingtaine d’années jusqu’à son décès en 1971. Il disait :
« On dit souvent un diagnostic précoce, un traitement précoce mais combien de cancers sont diagnostiqués de manière précoce ? En pourcentage, le chiffre est lamentable. L’important est la prévention. Ne serait-il pas plus intelligent d’injecter des médicaments préventifs afin que les facteurs cancéreux internes ne puissent pas se déclencher ? »
« Des médicaments préventifs ne doivent pas s’accumuler dans le corps Ils doivent pouvoir être administrés pendant des années, sans danger. »
Le principe de la médecine chinoise qui privilège la prévention par une alimentation sélective s’applique également aux cancers.

Le germanium répond aux exigences relatives au plan de prévention des cancers :
D’abord, le germanium ne s’accumule pas dans l’organisme. Il va sans dire qu’un médicament doit être efficace et fiable pour la santé car il a des effets directs sur la vie humaine. Ceci constitue la base de toutes les thérapies.
La fiabilité du germanium vient du fait que, comme nous avons cité auparavant, les essais de toxicité et les essais clitiques ont prouvé qu’il ne s’accumule pas dans l’organisme et n’a aucune toxicité. Par conséquent, le germanium n’a pas d’effets secondaires même en cure prolongé.

Deuxièmement, en cas d’administration prolongée comme médicament préventif, il renforce le système immunitaire afin que les substances cancérigènes introduites dans l’organisme ne puissent pas se développer. Plus de 80% des substances cancérigènes sont présentes dans notre environnement de vie. Cela signifie que nous vivons dans les substances cancérigènes. En évitant de telles substances, nous pourrons réduire le risque mais à moins de s’isoler complètement dans les montagnes, il nous est impossible de les éviter. C’est là la tragédie de l’homme moderne. Rien que pour les cigarettes, nous avons du mal à les arrêter tout en sachant leur nocivité.

Les substances cancérigènes se transforment en cancer en passant par deux étapes, à savoir l’étape initiale et l’étape simulatrice. Cette « théorie de 2 étapes du cancer » a été proclamée en 1944 par le docteur israélien Beren Graham sans attirer une grande attention. C’est seulement aujourd’hui qu’elle se fait remarquée avec la montée de l’immunothérapie des cancers. A l’exposition à une même substance cancérigène, il y en a qui développent des cancers d’autres non. Ce fait n’est pas encore expliqué par les théories existences. Certaines hypothèses parlent du gène, etc., sans avoir été prouvées. C’est dans ce contexte que l’immunothérapie commence à attirer toute notre attention.

Par exemple, à l’époque où les radiothérapies et chimiothérapies n’ont pas encore été développées, les médecins prévoyaient la récidive des cancers car ils leur été impossible d’ôter complètement les cellules cancéreuses même avec les meilleures opérations chirurgicales. Cependant, la récidive n’étant pas systématique, pas mal de patients était guéris complètement. Dans ce cas, les médecins mettent en avant leur technique chirurgicale mais en réalité, les cellules cancéreuses ont été mortes ou freinées par le contrôle anti-cancer ou par la capacité immunitaire. Ainsi, il est connu que les cancers peuvent être guéris par la capacité immunitaire de l’organisme. Tout être vivant dispose de cette immunité plus ou moins importante selon l’état de la santé, l’âge, etc. Comme les parents d’une veuille demoiselle qui disent « tous les hommes sont des voleurs », l’organisme organisme est tellement défensif qu’il refoule tous les protéines différents de ceux qui sont déjà présents en lui.

Les cellules cancéreuses sont aussi considérées comme corps étranger dans l’organisme normal et sont refoulées par ce dernier dès leur apparition. Plus les cellules cancéreuses sont petites, plus cette résistance est efficace comme il est efficace d’éteindre un incendie dès son déclenchement. De même, l’immunothérapie consiste à renforcer la résistance de l’organisme avant le déclenchement des cancers. Les incendies sont visibles à l’œil nu mais les cancers ne font pas de bruits et ne donnent pas de signes visibles. C’est là la difficulté des cancers. A ce jour, seul le diagnostic précoce peut contribuer à augmenter le taux de guérison.

Théoriquement, les examens doivent être faits 2 fois par an au-delà de 40 ans. Mais en réalité, combien de pourcentage de la population suivent cette précaution ? Quoi qu’il n’y a pas de statistiques certaines, ce chiffre ne dépassera pas 9% même pour le cancer d’estomac qui affiche un taux de diagnostic relativement élevé. Dans ce cas, ne voudrait-il pas mieux que le système de défense de l’organique se déclenche à pleine puissance dès l’étape de stimulation de cancérisation des cellules par les cancers introduits à notre insu ? Comme nous avons précité, l’immunothérapie consiste à renforcer la résistance de l’organisme avant le déclenchement des cancers et le germanium est un médicament qui vient renforcer l’immunité. De plus, le germanium provoque la production de l’interféron dans l’organisme en refreinant la multiplication des virus et cette action s’avérera fort bénéfique dans le traitement de cancer.

Prévision de l’action du germanium dans le traitement de cancer :
Le rêve de la chimiothérapie est de développer un médicament qui ne tue que des cellules cancéreuses sans affecter des cellules saines. Mais à ce jour, un tel « médicament de rêve » n’existe pas. Même les antibiotiques qui ont été considérés comme « médicament de rêve » durant plusieurs dizaines d’années ne peuvent pas encore agir de manière sélective. Cependant, l’interféron attire notre grande attention comme « médicament anti-cancer de rêve ». Le fait que l’interféron est efficace contre toutes sortes de maladies virales et de cancers nous donne en effet beaucoup d’espoir. Mais il faut éclaircir ici sur un point. Il existe deux types d’interféron : le premier est celui qui est produit dans l’organisme par l’introduction des substances favorisant sa production comme le germanium ; le deuxième est celui « cultivé en dehors de l’organisme ».
L’interféron qui a fait beaucoup de bruit en tant que « médicament anti-cancer miraculeux » ou « nouveau médicament de rêve », etc., correspondait en effet au deuxième. Trop d’attentes mènent à une déception. Mettre trop d’espoir sur l’interféron encore mystérieux conduirait donc à une grande déception et il faut être vigilent.

Même si l’interféron est efficace contre toutes sortes de maladies virales et de cancers, afin que celui-ci est efficace sur des maladies qui touchent les humaines, il doit être cultivé à partir des cellules humaines. Cela limite la matière première nécessaire à la fabrication, empêchant la production massive et les essais cliniques. De ce fait, même si tous les patients de cancer le veulent, on ne peut pas y répondre. Par exemple, un patient souffrant de maladie virale demande dix à cent millions d’unités d’interféron alors que seulement vingt à cinquante millions d’unités d’interféron sont produites à partir de 20 000 ml de sang. Lorsqu’on extrait 200 ml de sans par personne, il faut 100 donateurs pour produire la quantité suffisante pour un seul patient. Est-ce possible alors que les dons de sang ne sont pas assez ?

Germanium et interféron artificiel
L’important dans l’interféron est l’angle de sa structure moléculaire. Afin que l’interféron artificiel ait des effets sur les cancers chez les humains, l’angle de sa structure moléculaire doit être identique à celui de l’interféron produit dans l’organisme. Malheureusement, à la différence de l’interféron produit dans l’organisme, l’interféron artificiel n’a que quelques angles reproduits parmi de nombreux angles. Quant au germanium, quel angle et quelle partie jouent le rôle d’inducteur est encore inconnu. Nous savons seulement que sa structure mystérieuse y est pour quelque chose. En conséquence, l’interféron artificiellement fabriqué n’est qu’une imitation et ne peut s’équivaloir à l’interféron produit dans l’organisme. Du point de vue de développement des médicaments, les effets ont été découverts avant de coller une théorie sur ses actions.

En général, on applique des médicaments en fiant sur les résultats d’un essai mais rien ne garantit que cela donnera les mêmes résultats chez les hommes. De même, personne ne peut garantir qu’un médicament sera inefficace sur les hommes parce qu’il n’a donnée aucun résultat chez les animaux. De plus, on peut se poser des questions sur l’efficacité d’un médicament dans l’organisme humain qui n’a montré aucune toxicité. Aucune toxicité peut dire aucune efficacité, car cela veut dire la lymphe et le macrophage ne pouvaient être rassemblés. Cela ne veut pas dire q’un médicament doit absolument avoir de la toxicité, mais il faudrait tout de même une substance pouvant rassembler la lymphe ou le macrophage. Il ne faut pas que cette toxicité soit trop élevées mais elle doit être présentes au minimum, comme le mal nécessaire.

Efficacité pharmacologique de l’interféron
La découverte de l’interféron remonte à il y a 30 ans lorsque le docteur Strandt de l’Hôpital Karolinska en Suède a publié les résultats de l’administration de l’interféron sur 33 patients atteints de cancer malin entre 1952 et 1973. Selon ses rapports, les patients ayant reçu l’interféron ont vécu 2 fois plus que ceux n’ayant pas reçu le même traitement au bout de 3 ans. Ces rapports ont choqué les scientifiques de chaque pays mais faute du nombre suffisant d’exemples, ils ne peuvent être utilisés qu’à titre expérimental et n’ont pas été validés officiellement. La recherche cancérologique est une tâche difficile mais elle doit être menée et aboutie par quelqu’un.

Souvent à travers les médias, on entend dire « la grande découvert » sur les cancers, mais s’il s’agissait de vraies découvertes ne serait ce que pour un quart de ceux qui sont annoncés, les problèmes de cancers auront déjà été résolus.
Cela démontre aussi les attentes concernant les cancers mais en Corée, dès qu’une nouvelle apparaît sur les traitements contre les cancers, avant même que cela soit vérifié scientifiquement, toutes les attentes et espoirs sont misés dessus. Pour le germanium également, on ne peut pas faire que des compliments malgré ses possibilités en tant que traitement contre le cancer. Cependant, celui qui désire essayer ce traitement peut y avoir l’accès et l’offre répond tout à fait à la demande. De ce point de vue, le germanium est plus réaliste que l’interféron. Le germanium est l’inducteur de l’interféron. A la différence à l’étude menée pour son rôle de remplacement de l’oxygène, l’étude comme inducteur est toute récente. L’état réel des actions, l’amélioration au niveau de la restriction, le mode d’administration, etc., devront certes être examinés, mais cela vaudrait le traitement le plus prometteur.

Cela va sans dire que les traitements anti-cancers doivent être efficaces sur les hommes, non pas sur les animaux. Cependant, aucun traitement anti-cancer a été parfait jusqu’aujourd’hui, car chaque cancer a ses propres caractères comme chacun a un visage différent de l’autre. Les types de traitement anti-cancer devrait donc être les plus diversifiés possibles. Le traitement contre les cancers nécessite désormais un traitement complexe. Dans le boxe, le KO est important mais n’est pas facile d’obtenir. La technique personnelle est aussi importante mais l’adversaire doit tomber dessus pour que le coup apporte un succès. De ce fait, il faut cumuler les notes avec de petites techniques sur 10 à 15 tours avant d’achever l’adversaire par un KO. La question sur le germanium se pose sur quelle domaine mener l’étude fondamentale pour l’appliquer cliniquement. Le germanium doit être administré régulièrement et à long terme en pensant à l’équilibre. Cela fait partie de la prudence de la médecine chinoise.


La fiabilité du germanium et son efficacité
Le germanium à haute pureté s’élimine par l’urine, après avoir accompli ses missions dans l’organisme, en environ 20 à 30 heures en s’accrochant aux cellules cancéreuses, toxines, polluants, métaux lourds, etc. Comme il ne laisse aucune toxicité, il est très fiable pour la santé.

Lors de l’expérimentation sur les animaux réalisée pendant 28 jours et 6 mois en administrant 1mg/kg/jour, sauf l’observation faite sur une légère perte du poids chez le male au bout de 6 mois, aucune toxicité ou intoxication n’a été observée ni aucune anomalie comportementale. De plus, le germanium est éliminé par l’urine dès son administration, aucune accumulation n’a été constatée dans les organes au bout de 6 mois.

Le germanium organique (Ge-132) prévient les blessures cellulaires. Lors de l’expérimentation sur les animaux, on a découvert que le germanium organique (Ge-132) avait le pouvoir de prévention et d’auto-guérison des cellules blessées. Ces effets sont propres au rôle du germanium (Ge-132). Ces résultats semblent être obtenus par la stimulation du métabolisme cellulaire animé par le germanium (Ge-132).

Le germanium soulage la fatigue chronique. Le germanium (Ge-132) soulage les syntôlmes de virus d’Epstein-Barr chronique. Des millions américains et de nombreuses personnes dans le monde entier souffrent de symptômes de virus d’Epstein-Barr chronique.

Le germanium ralentit l’avancement de la cataracte. Le Ge-132 ralentit l’avancement de la cataracte et efficace dans la prévention et traitement de cette maladie.

Le germanium refrène les facteurs de mutation sans préavis. De nombreuses études et thèses recommandent l’alimentation quotidienne équilibrée entre divers éléments nutritifs dans la vie. En particulier, les antioxydants, les vitamines, le sélénium, etc., refreinent potentiellement et certainement les cancers. Plus loin encore, l’administration du germanium régulière à long terme refreine les facteurs de mutation sans préavis.

Le germanium aide le rétablissement et renforce l’immunité après l’opération. Le germanium a prouvé son efficacité dans l’augmentation des réactions immunitaires sur le rejet des cellules, des macrophages alvéolaires, des chromosomes des globules rouges, des lymphe autour du sang et du groupe de leur régulation, ainsi que dans l’induction de l’interféron. Ces effets du germanium ont duré longtemps après l’opération et ces résultats prouvent l’efficacité du germanium dans la prévention et le traitement de divers symptômes liés au rejet immunitaire après l’opération.

Les effets du germanium sur les cancers et les tumeurs malins De nombreux thèses et rapports d’étude du 16 au 19e siècle mentionnent que les métaux ou les substances métalliques sont utiles dans le traitement des cancers et de la leucémie. Malheureusement, le fait que des composés minéraux ou métalliques peuvent conquérir les tumeurs malins et les cancers a été tombé dans l’oubli jusqu’en 1960. Que de nombreux composés métalliques, dont le germanium, montrent de grands effets dans la lutte contre les cancers et dans la suppression des tumeurs malins lors des essais cliniques…

Lors de l’expérimentation sur les animaux, le germanium organique est étroitement lié à la baisse de tension. Les résultats d’une telle étude sur l’action de baisse de la tension du germanium organique figurent sur la 112e page du procès-verbal du conseil annuel de l’Association japonaise des cancers qui a eu lieu en 1979 au Japon.

Selon les observations, le germanium organique rétablit l’état initial du système immunitaire chez les souris âgés ayant perdu complètement le système immunitaire.

Le germanium a montré un grand pouvoir en tant qu’inducteur du refleinage de la mutation sans préavis dans les salmonelles. De plus, il a des effets de refeinage de la mutation sans préavis dans les bactéries.

Le germanium organique prévient la fracture des os chez les patients d’ostéoporose et réduit l’apparition de cette maladie.

L’administration par voie buccale du germanium donne des effets positives sur l’organisme dans la régularisation des substances inductrices de l’interféron.

Le germanium organique agit comme inducteur de l’interféron très important dans l’organisme.

Le germanium organique a été démontré comme efficace dans le freinage des tumeurs et des tumeurs malignes.


NOTE:
Ceci est un appareil de confort et de bien-être, en cas d'utilisation thérapeutique, veuillez consulter votre médecin.

Note moyenne

Moyenne:
Qualité
Prix
Choix
Conseil
Livraison
Utilité
11/12/2012
Joregagoftory.
cheap cialis l 20384
buy cialis online - buy cialis , http://cialisonlinehere.com/#vngbx buy cialis
09/12/2012
LUCIE.
j'ai acheté pour mon vieux chien. Il aime bien et j'ai vraiment l'impression que son poil est plus beau.
Merci pour votre attention
L.G

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

2 autres produits dans la même catégorie :